L’action a beau être nécessaire pour grandir, elle provoque de multiples émotions qu’il n’est pas toujours facile de gérer. Il serait pourtant bien dommage de vouloir annihiler celles qui nous dérangent au lieu d’essayer de les comprendre pour mieux les utiliser. En effet chaque émotion a son utilité, à nous de trouver laquelle et de la mettre à profit pour évoluer.

Nommer ses émotions

Nommer ses émotions est la première étape vers leur compréhension. Les nommer aide également à diminuer leur intensité, d’autant plus que le vocabulaire est précis (pourquoi pas également essayer de localiser la manifestation physiologique de l’émotion dans le corps).
Faute de vocabulaire, il peut nous arriver de vite « tourner en rond » autour des quelques émotions principales que nous « connaissons » le mieux. Pour t’aider à nommer tes émotions, je te propose la roue des émotions de Robert Plutchik. Mr Plutchik est un psychologue qui a cartographié les émotions en fonction de leur intensité afin d’établir des nuances. (Source de l’image.) 

Roue des émotions de Robert Plutchik

Personnellement je ne suis pas forcément « d’accord » avec toutes les transitions mais je la trouve très intéressante pour enrichir l’inspiration et donc la compréhension de ce qu’il se passe en moi. Peut-être as-tu aussi remarqué que des émotions que l’on peut considérer comme opposées sont également à l’opposé sur ce schéma 😉.

De plus le fait de nommer ses émotions (autrement et de façon plus précise que seulement « je me sens mal ») limiterait la probabilité de faire une dépression. Source

Émotions et besoins

La Communication NonViolente (ou CNV) nous enseigne que les émotions ont pour cause nos propres besoins et non le comportement des autres. Les émotions positives traduisent des besoins satisfaits et les émotions « négatives » cachent des besoins insatisfaits.

Les émotions, même « négatives« , nous donnent donc des informations précieuses sur nous-même, à condition de les accepter et de les écouter. Lorsque nous parvenons à les appréhender différemment, notamment à écouter le message d’action qu’elles transmettent, nous nous rendons compte qu’elles ne sont finalement pas si « négatives ». Plutôt désagréables sur le moment 😉. Mais aussi tellement utiles lorsque nous parvenons à déceler le message inspirant ou l’intention positive que ces émotions portent en elles.

Finalement ce qui est négatif, ce n’est pas l’émotion en elle-même mais ce qui arrive ensuite lorsque nous ne savons pas la gérer / l’écouter !

Un exemple d’émotion désagréable qui tracasse beaucoup de monde : la colère. Pour cette dernière je t’invite à aller voir l’article : Comment gérer la colère ?

Émotions et méditation de pleine conscience

La pleine conscience consiste à être présent à ce qu’il se passe ici et maintenant, à observer ce qu’il se passe autour de nous et en nous. Accepter l’agréable comme le désagréable.

Notre interprétation de la réalité produit des pensées qui mènent généralement à des émotions.

Or la pleine conscience, et notamment sa pratique formelle de méditation, propose de travailler sur les pensées. Elle invite à ne pas se laisser guider par nos pensées, ne pas croire que « nous sommes nos pensées« . Il s’agit de les regarder passer avec détachement, comme on regarderait passer des nuages. Les nuages ne sont pas en nous, ils passent juste devant (plus ou moins loin selon si nous sommes dans un avion ou pas 😅).

Si la situation le nécessite, il est ensuite possible de réfléchir aux solutions, de manière plus sereine et lucide, grâce au détachement émotionnel de nos pensées.

La méditation peut être l’objet d’un travail de fond pour que l’acceptation, le non-jugement et la distanciation des pensées (donc émotionnelle, voir ci-dessus) deviennent une habitude. Habitude qui renforce à son tour la bonne estime de soi. Donc une plus grande sérénité face aux événements de la vie.

Lorsque de fortes émotions désagréables nous « assaillent », il est aussi possible de méditer pour en atténuer leur impact. L’objectif n’est alors pas de « résoudre les problèmes » mais de faire en sorte qu’ils ne nous « empêchent pas de vivre » en monopolisant toute notre énergie et notre attention. Pour cela la pleine conscience invite à élargir son attention afin de ne plus être focalisé(e) uniquement sur les émotions désagréables. Diminuant ainsi leur impact.

Concrètement il s’agit de ne pas « penser » son émotion (fusionner avec elle) mais de la ressentir. « Quelle(s) sensation(s) physique(s) cette émotion produit-elle dans mon corps ?« .
Puis de porter toute notre attention sur cette sensation physique. Généralement la sensation (donc l’émotion) finit par s’atténuer.
Lorsque notre attention repart vers nos pensées (qui gouvernent nos émotions) et commence à fusionner avec elles, il convient de ramener son attention sur sa respiration et ses sensations physiques. Et de continuer les allers-retours autant que possible.

Le travail sur les émotions à travers la méditation sera d’autant plus efficace qu’il aura été effectué avec assiduité hors des épisodes « critiques » (« crises » émotionnelles). En effet la pratique régulière de la méditation de pleine conscience aide à la régulation et à la stabilisation émotionnelle.

Lectures conseillées

méditer jour après jour c andré

Le livre Méditer jour après jour de Christophe André est très agréable à lire : une éloge poétique de la pleine conscience, de ses vertus et de ses bienfaits. Je trouve sa lecture apaisante. Elle invite à plus de calme et sérénité.

Des réflexions très intéressantes sur la pleine conscience, sur l’action, sur l’acceptation, sur l’ordinaire et l’important, sur le lâcher prise, sur les prisons mentales, etc…

Et la cerise sur le gâteau : le CD de méditations guidées vendu avec le livre !
Je trouve la voix de Christophe André apaisante. Elle m’aide à me poser et à me canaliser. Il n’y a plus qu’à se laisser porter….pour de belles séances de méditation. Une de ces méditations a d’ailleurs pour thème « les émotions douloureuses » 😉.

petit livre d ela méditation de pleine conscience

Dans son livre Le Petit livre de la méditation de pleine conscience, Elisabeth Couzon compare les émotions aux vagues de la mer, qui montent et qui descendent.

En accueillant sans jugement et avec bienveillance une émotion désagréable (l’accepter et sentir ce qu’il se passe dans notre corps) et en respirant à travers elle, nous pouvons la laisser redescendre.
Au lieu de cela, notre mental arrête souvent la vague en commentant ce qu’il se passe.

Émotions et estime de soi

Lorsqu’il s’agit d’émotions désagréables telles que la culpabilité, la honte ou l’anxiété, une bonne estime de soi aide énormément à ne pas se laisser envahir.

Une bonne estime de soi permet en effet de moins craindre le regard et le jugement des autres. Puisque la personne est consciente de sa valeur et qu’elle s’accepte telle qu’elle est, elle se sent moins menacée par les événements extérieurs (telles que les paroles des autres). Dans ces circonstances, la honte assaille bien moins souvent et moins rapidement. La susceptibilité et les longues et douloureuses ruminations ne sont pas non plus de mises pour la personne dont l’estime pour elle-même est haute et stable.

La bonne estime de soi est synonyme de respect envers soi et n’est donc pas compatible avec l’auto-dénigrement ou le doute excessif sur soi. La remise en question, nécessaire pour avancer, est donc possible mais ne mène pas (ou beaucoup plus rarement) à la culpabilité. Forte de cette remise en question possible (mais pas obsessionnelle) qui permet de tirer profit des feedbacks (des événements et des autres) pour évoluer, la personne qui s’estime a moins (voire pas du tout !) peur de l’échec. Ce qui limite fortement le stress et l’anxiété.

Les formations en ligne que je te conseille sur la gestion des émotions

Ne t’inquiète pas elles sont courtes, bénéfiques et vraiment pas chères 😉.

La 1ère formation présentée ici propose une approche de changement par le mental. Puisque nos pensées sont responsables de la plupart de nos émotions, alors il s’agit dans un premier temps de comprendre nos émotions et de les utiliser à bon escient.

La 2e formation est axée CNV et gestion des émotions. Elle est animée par T. d’Ansembourg que je trouve particulièrement extra, non seulement dans sa façon de s’exprimer, sa bienveillance et son humour, mais aussi dans la force des messages qu’il transmet (voir l’article Cessez d’être gentil soyez vrai).

Enfin la 3e formation est présentée par Kevin Finel, praticien en hypnose, coach, thérapeute et président fondateur de l’Arche: l’académie de recherche et de connaissance ce de l’hypnose eriksonnienne. C’est une formation à l’auto-hypnose dans laquelle nous apprenons notamment comment gérer efficacement une émotion.

Première formation : gestion avec le mental

gérer ses émotions weelearn

La formation Gérer ses émotions assez rapide (1h20 sous forme de vidéos découpées en chapitres) t’éclairera sur ce que sont les émotions et à quoi elles servent. L’enseignante y propose des astuces pour repérer les caractéristiques des émotions et identifier leur message en se posant les bonnes questions.

Elle illustre ses propos d’un grand et beau panel d’exemples qui aident à marquer l’esprit et à mieux comprendre les concepts enseignés.

Bref tu y trouveras plein d’outils efficaces et structurés pour y voir plus clair et vivre plus sereinement !

Deuxième formation : gestion avec la CNV

Avec la formation Apprendre à se connaître pour mieux communiquer, tu n’as qu’à te laisser porter à travers les notions de CNV à la « sauce d’Ansembourg » ! Ce dernier t’enseignera que faire de tes « sentiments désagréables » pour mieux te comprendre, comprendre les autres, et ainsi mieux communiquer tous ensemble.

Il nous conseille également d’élargir notre conscience pour ne pas oublier le positif dans nos vies à travers les bienfaits de la gratitude. Tu auras aussi accès à des clés très précieuses de communication.

Troisième formation: gestion avec l’auto-hypnose

La formation Initiation à l’auto-hypnose vise à la mise en place d’un mode d’emploi du cerveau, qui se construit petit à petit au fur et à mesure des exercices guidés par l’auteur. Ainsi, le but de cette formation est de comprendre nos mécanismes cérébraux et d’agir sur notre inconscient. Le tout pour gagner plus de contrôle sur nous-mêmes.

Après un premier exercice de découverte de l’auto-hypnose, l’auteur nous enseigne ainsi comment jouer avec cet état de conscience pour gérer les émotions, le stress, se concentrer, mémoriser, améliorer le sommeil ou un comportement et enfin faire face aux résistances de l’inconscient face au changement.

Sa voix calme et apaisante nous entraîne à travers une dizaine d’exercices pour expérimenter la puissance de cette technique.
Un vrai plaisir de l’écouter ce monsieur 😍.

En cliquant sur le lien de chaque formation, tu auras accès à plus de détails sur la formation + un extrait vidéo pour te donner un aperçu 👍!

Je propose ici différentes formations mais nous sommes tous différents (non ! c’est vrai ? 😅) et chacun aura une (ou plusieurs) approche qui lui parlera plus.
En ce qui concerne les formations je trouve que « c’est souvent une question de feeling » avec le formateur, comme pour un coaching ou une thérapie chez un psychologue (ou un psychiatre).
D’où l’intérêt des extraits vidéo 😉. Tu as donc du choix !

Bon apprentissage et souviens-toi de pratiquer : aucune formation ne peut être bénéfique tant que nous n’avons pas fait les exercices proposés 😉.

Bon visionnage 🎞️ et bonne pratique 🙏 !


Si cet article t’a plu, partage-le sur Pinterest ! Merci 😘

Il te suffit de passer ta souris au dessus de l’image et de cliquer sur le logo Pinterest 👍.

« Sharing is caring » 😉

Tu n’as pas pinterest ? Partage-le quand même où tu veux, tu as l’embarras du choix parmi les logos verts 😅.

  • 54
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.