La créativité s’apparente à une sensation d’accomplissement qui permet de nourrir l’estime de soi. Le sentiment de réalisation rend fier(e). Mais pour créer, il faut être inspiré.
C’est aussi l’inspiration qui nous amène à faire notre travail de façon originale plutôt que stéréotypée. Ou encore qui détermine si on passe en mode automatique ou si on s’y met avec enthousiasme et énergie. Néanmoins l’inspiration peut être capricieuse. Elle vient lorsqu’on ne s’y attend pas et impossible d’y avoir accès lorsque nous en avons le plus besoin. Alors on force, on se dit que quand même on va bien finir pas y arriver….ce qui n’aide pas forcément. Mais alors comment faire venir l’inspiration ?

Ne pas se mettre trop de pression

Plus on se met la pression, et moins l’inspiration arrive. En témoigneront ceux qui ont connu le syndrome de la page blanche. Pour aider on peut se dire que l’inspiration ne vient pas de nous. Mais qu’elle est déjà présente dans le monde autour de nous. Elle circule, et il nous appartient d’y être attentif(ve) pour nous en imprégner. Pour puiser nos idées dans la richesse du monde que nous percevons.

Après tout est-ce que la création ne serait pas un remaniement de ce qui existe déjà, sous des formes plus ou moins similaires ? Auquel cas l’observation et la curiosité seraient de rigueur pour nous donner de plus en plus de matière « première » à « retravailler » à notre sauce.

Certains comme Elizabeth Gilbert (auteur du livre Mange, prie, aime), pensent que « Créer, c’est souffrir« . Il est vrai que de nombreux écrivains, poètes, peintres et autres artistes de génie n’ont pas eu des vies très « faciles ».
Personnellement je trouve que ça donne une autre vision de la création et de la souffrance. Une vision moins figée, négative et stressante. On peut aussi voir la souffrance comme quelque chose de fécond. Ça ouvre donc également à la gratitude pour les moments difficiles de notre vie qui peuvent nous apporter de l’inspiration. Bon je ne dis pas non plus qu’il faut obligatoirement souffrir pour être inspiré 😅. Plus dans l’esprit d’accepter ce qui vient et d’en tirer le meilleur pour soi.

Lire aussi : Quels bénéfices à la gratitude ?

Lire aussi : L’acceptation de soi et du monde (comment s’y prendre et qu’est-ce que ça nous apporte ?)

L’acceptation de la vie telle qu’elle est participe également à créer un silence en soi. Or au plus profond de nous se cache une source d’idées et de créatrivité. Le silence permet donc d’y avoir accès. Une fois en paix avec les autres et nous-même, libéré(e) du stress infligé par notre ego, nous pouvons accéder à de riches et belles idées.

Prendre du plaisir

Mihaly Csikszentmihalyi, connu pour son concept de « flow« , s’est également intéressé à ce qui fait la spécificité des personnes créatives. Comment se fait-il qu’elles soient créatives ?
D’après lui les esprits créatifs sont des travailleurs acharnés qui atteignent l’état de flow. À force de travail, il arrive un moment où ils ne pensent plus ni à eux, ni au résultat ou à leur potentiel succès. Ils sont totalement absorbés dans l’action qui leur procure du plaisir. C’est à ce moment où ils ne pensent plus à rien et se contentent d’apprécier que leur vient l’inspiration.

Lire aussi l’article : Le flow (qu’est-ce que c’est et quels en sont les bienfaits ?)

Lien vers le livre « La créativité » de Mihaly Csikszentmihalyi.

Mais pour pouvoir être ouvert à cet état intense où on oublie tout le reste, encore faut-il avoir l’esprit tranquille. C’est pourquoi une petite séance d’écriture thérapeutique peut être très bénéfique auparavent. Histoire de se libérer des pensées et soucis qui pourraient venir entraver la venue de l’état évoqué précédemment.

Lire aussi : L’écriture thérapeutique (quels bienfaits et comment la pratiquer ?)

Se lancer et l’inspiration viendra

Se lancer et accepter que le début soit hasardeux (et non représentatif de la version finale), pour ensuite prendre forme petit à petit. « Just do it » comme dirait Nike. L’artiste Jan Bijster illustre très bien ce propos lorsqu’il explique que ses tableaux prennent spontanément forme sur la toile et qu’il en finit presque toujours par recouvrir la première couche de peinture. Il affirme ainsi :

« L’essentiel est de commencer quelque part »

Il s’agit également de faire confiance au temps, et à soi, pour, petit à petit, donner vie à notre création.

Si besoin n’hésite pas non plus à faire taire ton critique intérieur. Tu sais celui qui a tendance à te dire que « ce n’est pas assez bien« , « ça ne va pas plaire« , « c’est trop ceci ou pas assez cela » etc….son perfectionnisme risque de te mettre des bâtons dans les roues voire de te pousser à « n’agir qu’à coup sûr ». Par peur de l’échec, ou du rejet, ou des deux. Or la clarté vient de l’action comme dit souvent un de mes mentors. C’est en faisant qu’on apprend, qu’on comprend, que les idées viennent.

NB : ton critique intérieur peut te faire beaucoup de mal, et notamment te pousser à développer nombre de croyances limitantes sur toi-même
Lire aussi : Comment mes croyances limitantes me font-elles souffrir ?

Se bouger, changer d’environnement et d’habitudes

D’après Julia Cameron, les activités qui impliquent des mouvements répétitifs, telles que marcher, courir, jardiner, repasser, cuisiner, etc.. , mettent le cerveau logique en mode automatique, laissant ainsi de la place au cerveau artistique. Contrairement à ce qu’on pourrait parfois penser, ces activités sont ainsi moins une perte de temps qu’un moyen d’alimenter notre créativité. Aussi lorsque tu bloques sur quelque chose, n’hésite pas à aller faire un tour, histoire de te changer les idées, et de les rafraîchir.

Lire le livre : Libérez votre créativité de Julia Cameron

Le changement peut également être source d’inspiration:

  • changement de lieu : déménagement, voyage, promenade à vélo ou à cheval, autre itinéraire pour aller travailler, changer de pièce de travail (si c’est possible), aller dans le jardin ou sur la terrasse, etc…
  • changement d’habitude : arrêter de fumer, manger autrement, se coucher plus tôt ou tard, lire un livre inspirant au lieu de regarder la TV, ne pas regarder la les informations à la TV pendant une semaine, écouter une autre radio dans la voiture, se créer une routine ressourçante, etc…

Pourquoi ? Parce qu’il permet de se défaire des mêmes pensées automatiques qui arrivent lorsqu’on est toujours baigné dans les mêmes environnements et les mêmes façons de faire et de penser. Autrement dit se renouveler pour renouveler ses idées.

Lire aussi : 3 étapes pour changer ses habitudes

Idées de lecture

Libérez votre créativité de Julia Cameron, un livre culte !

inspiration

Si cet article sur l’inspiration t’a plu, partage-le sur Pinterest ! Merci 😘

Il te suffit de passer ta souris au dessus de l’image et de cliquer sur le logo Pinterest 👍.

« Sharing is caring » 😉

Tu n’as pas pinterest ? Partage-le quand même où tu veux, tu as l’embarras du choix parmi les logos verts 😅.
MERCI 🙏!

  • 40
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.