« Je suis trop gentil, du coup je me fais souvent avoir« , « personne ne me respecte« , « j’en ai marre de tout donner sans rien recevoir en retour« . Quand on se dit ça, qu’a-t-on envie de faire ? Devenir moins généreux, moins attentionné, taire son empathie, envoyer bouler les autres / être sur la défensive, être revanchard, etc… Ce qui nuit aux relations sans pour autant nous faire du bien. Mais alors que faire quand on a l’impression de se faire marcher sur les pieds ?

Le vrai problème de fond

Pourquoi la stratégie présentée plus haut ne marche pas ? Parce que le vrai problème n’est pas la gentillesse. Il ne l’a jamais été : être gentil est une qualité.

Non le véritable problème est le manque d’AFFIRMATION DE SOI !!

C’est ÇA le véritable problème qui peut amener, par peur du rejet, à :

  • s’écraser devant les autres : on n’ose pas dire ce qu’on pense
  • se plier à leur volonté : on n’ose pas dire non ou proposer une alternative qui nous conviendrait mieux
  • se faire « bouffer » : comme on ne dit jamais rien, qu’on dit oui à tout, les autres en profitent
  • faire systématiquement passer les besoins des autres avant les siens : on s’oublie, on veut absolument être aimé
  • être prise pour une c***
  • se faire manipuler : c’est bien plus facile de manipuler quelqu’un qui doute de soi, qui n’est pas sûr de lui, qui a peur de s’imposer
  • se laisser culpabiliser : lorsqu’on doute de soi alors on culpabilise plus facilement donc on a l’impression que les autres nous culpabilisent
  • etc….

Dans tous ces cas on souffre, non pas à cause de notre gentillesse mais du manque d’affirmation de soi (directement lié au niveau d’estime de soi).

Lire aussi : le triangle de Karpman et l’affirmation de soi

Lire aussi : se libérer de la culpabilité

Se faire respecter

Finalement être gentil (même beaucoup) n’est pas un problème tant que l’on est capable de :

  • dire non
  • poser ses limites avec douceur et fermeté
  • donner son avis, même si il est différent de celui des autres
  • dire ce qu’on pense avec bienveillance

N’oublions pas que l’on ne s’affirme pas contre l’autre mais POUR soi. Encore plus que pour se faire respecter, pour se respecter soi-même. Parce que faire systématiquement passer les besoins et désirs des autres avant les siens, ce n’est pas franchement faire preuve de respect envers soi.

C’est là qu’est, comme presque toujours, le nerf de la guerre : le respect de soi. Autrement dit l’estime de soi.

Parce qu’une personne qui a une bonne estime de soi sera bien plus difficile à manipuler et à faire culpabiliser. Elle sait ce qu’elle vaut, elle est beaucoup moins impactée par les paroles et les attitudes de ceux qui l’entourent.

Finalement une personne qui se respecte suffisamment pour s’affirmer ne souffrira jamais d’être « trop gentille ».
Parce qu’elle saura s’affirmer pour respecter (et faire respecter) ses propres droits.

Lire aussi qu’est-ce que l’estime de soi ? Dans cet article tu trouveras également les symptômes d’une mauvaise / bonne estime de soi, ce qui te permettra de faire le point sur ton propre niveau d’estime de toi-même.

Et toi ?
As-tu souvent l’impression d’être « trop gentille » ?
Quel est ton niveau d’estime de toi-même ?

Sensiblement

Lauren

Tu as aimé cet article et tu penses qu’il va t’aider ?
Merci de le partager sur ton réseau social préféré pour aider encore plus de personnes !

As-tu déjà visionné ma conférence ? >>> Conte pour hypersensible : comment faire de ton hypersensibilité une force ? <<<

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.