Après les témoignages masculins sur l’hypersensibilité de la semaine dernière, voici à présent deux témoignages féminins. Je n’avais pas spécialement prévu de séparer ces histoires par genre mais je vous les ai présentées à mesure qu’elles arrivaient jusqu’à moi 😉. En tout cas l’essentiel est qu’il y ait de la mixité dans les histoires !

Ces deux femmes ont été très généreuses dans leurs explications et leurs récits. Je leur en suis très reconnaissante.
Si toi aussi tu es reconnaissant(e), alors n’hésite pas à nous en faire part en commentaire en bas de l’article !

L’hypersensibilité

Si tu te demandes ce qu’est l’hypersensibilité, alors ces deux histoires vont t’en donner un large aperçu.

Néanmoins si, après avoir lu ces deux récits, tu souhaites aller encore plus loin, alors voici deux articles sur le sujet: Comment savoir si je suis hypersensible ? et 5 clés pour mieux vivre son hypersensibilité.

L’histoire d’Allison

Peux-tu te présenter ?

Je m’appelle Allison, j’ai 33 ans et je vis dans le Sud de la France.

Depuis combien de temps sais-tu que tu es hypersensible ? Comment t’en es-tu rendu compte ?

J’ai toujours senti que j’étais une fille sensible mais j’ai mis le mot « hypersensible » dans mon vocabulaire que très récemment. Je n’avais vraiment jamais cherché à comprendre pourquoi je me sentais toujours plus « fragile » que les autres. Mais j’ai toujours eu une passion pour les arts. J’ai fait des études dans le cinéma. Je peux être transportée par une musique, une odeur, un paysage bien plus fortement que d’autres personnes.

Je remarquais souvent que je captais les émotions des autres. Par exemple je sens quand une personne a envie de parler, ou qu’elle cherche à cacher une gêne etc … que mon copain à titre d’exemple ne ressent pas du tout.
J’ai toujours été très facilement affectée par une remarque ou une critique. Je ressens énormément de culpabilité pour un rien. Je me justifie sans arrêt pour des choses que je ne devrais pas. Une dispute va m’affecter plus que de raisons. Et à force de cumuler toutes ses émotions j’ai fini par vouloir comprendre. Grâce à un livre je me suis totalement reconnue dans l’hypersensibilité.

Comment se manifeste cette forte sensibilité au quotidien ?

J’y ai un peu répondu plus haut mais je ressens un besoin permanent d’exprimer ce côté sensible. J’aime dessiner, écrire, faire des vidéos. Quand j’écoute une musique en voiture je voyage complètement dans ma tête avec toutes les émotions qui s’en dégagent alors que extérieurement rien ne se voit. Tout est très intérieur. Je travaille en tant que taxi en ce moment et je transporte beaucoup de personnes malades. Et malheureusement j’absorbe leurs maladies, leurs malheurs, leurs peurs, ce qui me fait beaucoup de mal au quotidien.

A une soirée, j’ai toujours ce besoin de m’isoler à un moment donné. Car trop de bruits, trop de conversations, trop d’interactions. Ça m’embrouille totalement le cerveau et m’empêche d’être naturelle. J’aime souvent être totalement seule dans la nature. Profiter de chaque petit bruit, car ceux-là sont agréables pour moi, c’est doux, c’est calme.

Je ne supporte pas les injustices. J’ai toujours tendance à défendre la veuve et l’orphelin sans que l’on ne le fasse pour moi en retour. Ce qui évidemment m’affecte. J’ai un rapport très « poétique » avec la vie en général où tout se transforme en fortes émotions. Pleurer me fait du bien, je dirais même que j’aime pleurer. Ça me libère, ça fait partie de moi.

Es-tu parvenu(e) à accepter ton hypersensibilité ? Si oui comment ?

Oui je suis parvenue à l’accepter parce que je ne pourrais pas faire sans. C’est mon identité.

En quoi penses-tu que ton hypersensibilité soit une difficulté ? pour toi ? pour ton entourage ?

C’est difficile car tout prendre à cœur pèse sur le moral. Et je me sens parfois trop fatiguée à force de réfléchir sans arrêt. Je manque de naturel en groupe parce que je passe mon temps à identifier les émotions des autres . Et du coup à réfléchir aux miennes.

Quand je l’explique à quelqu’un, on pense que je me prends la tête. Ce qui est vrai. Mais pourtant pour moi c’est naturel de le faire. Je n’arrive pas à faire autrement. Et les émotions démultipliées amènent trop souvent à de la tristesse ou de la mélancolie alors que je suis à la base une fille plutôt joyeuse. Donc c’est difficile de conjuguer les deux.

En quoi est-ce un atout ? pour toi ? pour ton entourage ?

C’est aussi un atout parce que je développe un univers autour de moi dans lequel je m’y sens finalement bien, la plupart du temps. Je suis à l’aise dans l’idée que j’ai les pieds sur terre. Sans les avoir vraiment parce que mon hypersensibilité m’aide à échapper à certaines choses négatives du quotidien.

Par contre je ne sais pas si c’est un atout pour mon entourage. On me voit comme une fille triste, « pleurnicharde » et trop sensible pour affronter la vie. Quitte à exagérer ce que je suis.
A l’inverse je suis une personne à l’écoute qui trouve souvent les bons mots pour rassurer une personne. Et je pense avoir de l’humour. Je capte quand je sais que je vais faire rire une personne et cela flatte mon égo d’hypersensible.

Quel(s) conseil(s) pourrais-tu donner à une autre personne hypersensible ? à une personne qui ne l’est pas mais côtoie un ou plusieurs hypersensible(s)?

Je n’ai pas vraiment de conseils car j’apprends tous les jours à vivre avec sans arriver à contrôler mes émotions.
Mais je pourrais donner comme conseil de s’accepter. Car je trouve parfois malheureux qu’au contraire des personnes ne soient pas sensibles.

J’aime me réfugier dans ma sensibilité, je me sens humaine, je me sens à ma façon intégrée à la société.

Mon hypersensibilité me donne envie d’aimer encore plus fort, de rire encore plus souvent.

Les sentiments mauvais se décuplent mais les bons aussi. Donc j’essaie de focaliser sur les bons que du coup je vis encore plus intensément qu’une personne moins sensible.

Des conseils de lecture ?

Je peux conseiller LE livre essentiel pour se comprendre en tant qu’hypersensible c’est celui de Elaine Aron « Hypersensibles ».

L’histoire d’Alexandra

Peux-tu te présenter ?

Moi c’est Alexandra, j’ai 21 ans. En ce moment, j’ai pris une année sabbatique pour travailler. L’année prochaine je reprends mes études en L2 de psychologie.

Depuis combien de temps sais-tu que tu es hypersensible ? Comment t’en es-tu rendu compte ?

Ça fais environ 1 an que je sais que je suis hypersensible. Dans le courant d’octobre 2019. Je m’en suis rendue compte parce qu’en octobre/novembre me vient comme chaque année ce que je croyais être une dépression saisonnière (chaque hiver). Puis je suis tombée sur ce terme : hypersensible.

Au début, je rejetais un peu ça dans le sens où j’essayais de voir la où je ne me reconnaissais pas. Pour ensuite me dire « ah non mais c’est pas moi« . J’ai fini par comprendre que bien qu’il y ait des points plutôt généraux de L’hypersensibilité, il y a des points où chacun réagit différemment. Par exemple, les hypersensibles (en général) n’aiment pas les films d’horreur parce qu’il y a de la violence et ils détestent voir ça. Je l’ai vu sur plusieurs sites et pas mal de publications depuis que je suis des comptes insta etc qui en parlent.

Comment se manifeste cette forte sensibilité au quotidien ?

J’ai mon hypersensibilité beaucoup au niveau de la vue, de l’odorat, du goût. Et pas tellement au niveau du toucher et des sensations. Par exemple, j’ai un.e ami.e (Je le.la genre comme ça car iel est non binaire.) qui a vachement de ressentis au niveau des sensations. Quand on le.la touche etc, moi pas forcément, je ne suis même pas chatouilleuse donc tu vois… Et aussi elleux ça se manifeste par le fait qu’iel est incapable de porter des jeans. Iel supporte pas la matière du tout. Et ne supporte pas non plus de toucher la matière jean ou d’autres choses. Pour moi ce côté là ça va.

En ce qui concerne la vue pour moi : je suis myope, astigmate et hypermétrope, je te fais pas de dessins mais sans lunettes je vois flou déjà. Cette sensibilité au quotidien c’est être beaucoup plus fatiguée que les autres à conduire de nuit car les phares même juste de croisement m’éblouisse. Donc t’imagines pas les connards qui roulent en plein phares aha. C’est aussi avoir les yeux plissés des que je suis dehors, je m’en suis rendue compte encore aujourd’hui, y’avait un petit soleil mais en observant les gens, je me suis rendue compte qu’ils plissaient les yeux seulement lorsque le soleil était en face d’eux, moi je le fais des que je suis dehors car la lumière du jour est trop forte pour moi en tant qu’hypersensible. Je met donc souvent des lunettes de soleil en plein jour même quand y’a pas beaucoup de soleil aha.

Au niveau de l’odorat : Je sens très vite quand ça sent le gaz (logiquement ça sent pas mais genre quand tu fais chauffer tes pâtes et que y’a plus de gaz dans la bouteille tu vois l’odeur que je veux dire ?), je sens aussi très vite les parfums des personnes, même s’ils en mettent très peu, c’est aussi pour ça que je préfère que les gens ne se parfument pas de trop, parce que sinon je le sens vraiment à 10 kilomètres et de façon très forte aha. En ce qui concerne aussi mon odeur, je sens très vite mon odeur corporel, par exemple quand je transpire les autres ne vont pas le sentir alors que moi je l’ai déjà senti depuis longtemps (j’ai déjà tester avec mes potes très très proches, elles me disent même parfois que je suis parano parce que je sens bon mais c’est juste qu’elles n’ont pas l’odorat aussi développé que moi je crois aha), par ailleurs je sens très vite aussi la transpiration des autres ^^

Le goût : Bon je suis difficile avec les aliments mais je n’aime pas tout ce qui pique et je pense que ça peut venir de la, je pense que j’ai un palais hypersensible comme moi. C’est pas une blague, y’a vraiment des mayonnaise qui sont trop fortes à mon goût (et même celles où c’est écrit mayonnaise légère aha)

Le stress, l’anxiété, l’angoisse : voilà aussi comment elle se manifeste. L’hypersensibilité, c’est tout analyser tout le temps, de manière absolument incontrôlable. J’arrive à cerner des mouvements, des expressions, des choses non dites, des douleurs… Bon après ça n’a rien avoir avec L’hypersensibilité mais je suis du signe vierge et on est réputé pour analyser tout et être perfectionniste donc c’est triplé par rapport à la norme chez moi.

Le sens du détail : Pour rien te cacher, c’est moi l’amie qu’on appelait pour les exposés, j’étais capable de repérer les fautes d’orthographe à une vitesse folle, de prévoir les questions que les profs pouvaient poser (même les profs trouvaient que j’allais très loin bien que je sois pertinente des fois), je suis aussi l’amie à qui on fait corriger ses écrits de cours. Récemment, j’ai une nouvelle amie qui était outrée de à quel point j’étais vraiment perfectionniste. C’est aussi moi l’amie qu’on appelle quand on veut un avis véritable sur « Est ce que tu penses qu’il crushe sur moi ? ». Ça c’est ma pote en ce moment on aimerait de ouf la voir avec un mec mignon mais mes autres potes ont un avis biaisé alors elle m’a dit de regarder à la prochaine soirée, sachant que j’analyse tout, savoir si il est intéressé ou pas du tout quoi.

En plus d’être hypersensible, je suis hyperempathique. Je ressens bcp plus d’empathie que la norme. J’ai des combats dans ma vie, je suis féministe, j’essaye de me battre à mon échelle pour que cesse la pédophilie etc etc…. Mais parfois je peux avoir de l’empathie pour des gens qui je le sais, ne sont pas bons. C’est problématique dans le sens où j’ai du mal à repérer mes relations toxiques du coup. Et j’ai bcp de mal à me séparer de ces gens là car trop d’empathie, de pitié etc…

L’hypersensibilité au quotidien c’est pleurer plus facilement, rire plus fort, aimer de façon inconditionnelle, c’est toutes les mêmes émotions que les personnes typiques peuvent avoir mais en 100 fois plus fort, c’est aussi la réalité de bcp d’hypersensibles sur le groupe : bcp passent par des dépressions, des relations toxiques etc.

L’hypersensibilité c’est aussi toujours se sentir à côté de la plaque par rapport à un monde qui bouge toujours sans vraiment se soucier de rien. Je me pose tellement de questions existentielles par rapport à la norme.

L’hypersensibilité c’est aussi le corps qui est plus fragile je pense enfin moi c’est mon cas. J’ai eu pas mal de problèmes médicaux dans ma vie (2e mois à la maternelle j’étais malade tout le temps en maternelle après je me suis chopper toutes les maladies que les gamins peuvent avoir), j’ai aussi eu pleins de trucs chelou aha mais j’ai eu des problèmes à l’estomac pendant un temps, mtn ça s’est calmé mais à cause du stress. J’ai toujours mes intestins qui me font mal et qui sont fragilisés. Quand je fais des crises d’angoisses (moins mtn mais avant bcp) je ne faisais pas juste une crise d’angoisse. Je faisais des crises d’angoisse jusqu’à m’évanouir.

L’hypersensibilité c’est devoir recharger ses batteries seule aussi, car tout nous prend considérablement de l’énergie et nous avons besoin de nous régénérer, de nous recharger comme des batteries. Ça beaucoup de personnes ne le comprennent pas. J’ai la chance d’avoir un groupe d’ami.es très ouverts d’esprits et à qui je n’ai même pas besoin de préciser que si je m’isole seule au cours de la soirée, le lendemain ou quoi c’est pas contre eux mais que sinon je m’endors pas de fatigue physique mais de fatigue émotionnelle.

Es-tu parvenu(e) à accepter ton hypersensibilité ? Si oui comment ?

Oui j’ai fini par l’accepter mon hypersensibilité. Dans le sens où même si au début je voyais vraiment que les côtés négatifs, j’ai fini par comprendre que sensible ne voulait pas dire faible. Et que je pouvais en faire une force.
Mon perfectionnisme j’en fais une force. C’est grâce à ça que je suis toujours la leader dans les travaux de groupes. Sans me vanter, je suis toujours celle qui fais tout dans les travaux de groupe. Parce que j’aime le travail bien fait.

En quoi penses-tu que ton hypersensibilité soit une difficulté ? pour toi ? pour ton entourage ?

Je pense que mon hypersensibilité était une difficulté surtout au début. Maintenant que je l’accepte, ça va beaucoup mieux. Je n’y vois plus que du positif. Mon entourage le sait, enfin mes ami.e.s oui. Ma famille pas forcément, mais disons que je me détache de l’entourage qui ne cherche pas à comprendre mes émotions. Je me mets en retrait, je passe au dessus.

En quoi est-ce un atout ? pour toi ? pour ton entourage ?

C’est un atout car je ne peux pas m’empêcher d’être vraie, d’etre moi. Enfin si je peux, mais ça ne tient pas longtemps et ce n’est pas vraiment bon pour mon esprit.
Pour mon entourage, c’est un atout dans le sens où j’arrive à mieux capter les émotions des autres. Même celles qui sont cachées, par rapport à ceux qui ont une sensibilité normale on va dire.

Quel(s) conseil(s) pourrais-tu donner à une autre personne hypersensible ?

Le conseil que je pourrais donner à un ou une hypersensible c’est de voir L’hypersensibilité comme quelque chose de positif.
De lui dire qu’il n’est pas seul ! Et grâce à des groupes comme sur Facebook, on peut voir que l’on est vraiment pas seuls.

Et à une personne qui ne l’est pas mais côtoie un ou plusieurs hypersensible(s)?

À une personne qui ne l’est pas mais qui en côtoie :

de communiquer, d’être compréhensif, de ne pas hésiter à poser des questions.

De voir les émotions comme quelque chose de positif. Et de ne pas penser des choses du genre « il chialle vraiment pour rien » .

Des conseils de lecture ?

Je n’ai pas encore lu de livres sur L’hypersensibilité mais j’en ai commandé aujourd’hui d’ailleurs. Je peux conseiller celle qui a donné le terme hypersensibilité : Elaine Aron. Mais j’ai également entendu que les livres de Judith Orloff étaient bien.


Ces deux histoires t’ont aidées ou du moins mis un peu de baume au coeur ? Alors n’hésite pas à le dire en commentaire 👇. Allison et Alexandra seront ravies, et moi aussi 😉. Sens-toi également libre de partager tes propres expériences. Ça te fera du bien ainsi qu’aux personnes qui te ressemblent.

histoires de deux femmes hypersensibles

Si cet article sur les histoires de deux femmes hypersensibles t’a plu, partage-le sur Pinterest ! Merci 😘

Il te suffit de passer ta souris au dessus de l’image et de cliquer sur le logo Pinterest 👍.

« Sharing is caring » 😉

Tu n’as pas pinterest ? Partage-le quand même où tu veux, tu as l’embarras du choix parmi les logos verts 😅. Merci 🙏!

  • 26
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.