Nous en entendons beaucoup parler, mais au final qu’est-ce que l’estime de soi ?

Un premier aperçu avec Christophe André des problématiques liées à l’estime de soi. La qualité de la vidéo n’est pas top mais le contenu l’est 😉.

Différences entre estime de soi et confiance en soi

D’après Guillaume Leroutier, l’estime de soi se nourrit du regard que nous portons sur nous-même, tandis que la confiance en soi se nourrit de l’action.

  • Lestime de soi est l’idée que nous avons de nous-même et la valeur que nous nous accordons. Le respect aussi que nous avons pour nous-même.
    Nous pouvons aussi voir l’estime de soi comme la distance entre qui je suis vraiment et qui je pense, rêve ou désire être dans l’absolu. Plus cet écart est grand et plus l’estime est basse.

  • La confiance en soi est plus liée aux capacités, du moins celles que nous savons / pensons posséder. C’est l’idée que nous nous faisons de notre capacité à affronter une situation donnée.
    En ayant confiance en nous, nous savons que nous pouvons compter sur nous-même. Nous savons ainsi que nous avons les moyens de faire face aux obstacles et difficultés sur notre chemin ainsi que de nous adapter aux différentes situations qui se présenteront.

Pour distinguer les deux, C. André propose le schéma d’un arbre.

confiance en soi et estime de soi, métaphore de l'arbre

L’estime de soi, la « base » de l’être, est représentée par les racines. Tandis que la confiance en soi, ce qui « se voit » le plus est en l’air, avec branches et feuilles.

Finalement une personne qui a une bonne estime d’elle-même se dira « Je mérite le meilleur... » et si en plus elle a confiance en elle, elle rajoutera « ...et je peux y arriver !« .

Que ce soit pour l’estime de soi ou la confiance en soi, souviens-toi de ne pas les centrer uniquement sur toi. Il a été montré que les sentiments d’estime de soi et de confiance en soi les plus solides sont ceux qui certes sont ancrés dans la conviction d’un certain nombre de capacités dont nous disposons, mais aussi dans la conscience que nous pouvons compter sur les autres.

Les composantes de l’estime de soi

En fait, on peut même aller plus loin en disant que la confiance en soi est une des 3 composantes de l’estime de soi.
En effet l’estime de soi se compose de 3 ingrédients indispensables: amour de soi, image de soi et confiance en soi.

  • L’amour de soi doit être inconditionnel : il ne doit pas dépendre des performances. Comme celui que l’on éprouve pour ses enfants. C’est la façon dont on se regarde intérieurement. Pour s’aimer (et donc s’estimer), il est indispensable de s’accepter sans condition, avec ses qualités et défauts, quelles que soient nos réalisations.

  • L’image de soi est le regard qu’on porte sur soi à travers sa propre évaluation de ses qualités et de ses défauts. C’est la vision de soi qu’on pense refléter pour les autres (attention au système de croyances !), autrement dit la façon dont on se regarde extérieurement. L’objectif étant bien entendu de porter sur soi un regard bienveillant et empathique 😉.

Ainsi une personne ayant une mauvaise estime d’elle-même, de manière générale, aura du mal à avoir confiance en elle. Tout est lié. Pour améliorer sa confiance en soi il faut aussi travailler sur l’amour de soi et l’image de soi.

Caractéristiques de l’estime de soi

imparfaits libres et heureux de christophe andré

Pour ses caractéristiques, c’est vers le livre Imparfaits, libres et heureux de C. André (oui il revient beaucoup dans mes articles 😜) que je vais me tourner.

Notamment son chapitre sur « qu’est-ce qu’une bonne estime de soi « . Je reviendrai dans d’autres articles sur d’autres parties de ce livre que je trouve personnellement très instructif (en plus il regorge d’exemples bien concrets et donc parlants) !

Si, à la fin de cet article, tu es convaincu(e) que tu manques d’estime de toi-même, je ne peux que trop te recommander de lire ce livre. Franchement c’est un vrai trésor !

NB : Tu peux aussi me contacter afin que l’on cherche ensemble comment t’y prendre pour redonner sa juste place à ton estime de toi-même! 💪

D’après C. André voici donc les 6 dimensions d’une bonne estime de soi.

La hauteur

Le niveau d’estime de soi est généralement le premier critère auquel on pense, mais il n’est pas le seul !

hauteur de l'estime de soi

« Une personne à haute estime d’elle-même est capable de parler positivement d’elle (lorsque les circonstances l’y amènent), d’accepter les compliments sans gêne. Elle peut aussi entreprendre, persévérer, voire renoncer sans se sentir humiliée ni chercher d’excuses. Enfin elle ajuste ses ambitions à sa valeur, ni trop haut, ni trop peu. »

La stabilité

« Une bonne estime de soi est peu réactive face aux événements de la vie. Sa façade ne doit pas se lézarder face à la difficulté. L’amplitude des réactions émotionnelles face aux revers, mais aussi aux réussites, en dit long sur la solidité intime de l’estime de soi. »

Une bonne estime de soi procure ainsi un rôle d’amortisseur face aux réussites, échecs, approbations et critiques.

équilibre de l'estime de soi

À l’inverse, une personne à mauvaise estime d’elle-même pourra être totalement perturbable : sujette aux insomnies, aux crises de larmes, aux fortes colères, et surtout ne sera pas capable de penser à autres choses qu’aux potentielles remarques défavorables reçues.
Pour ce dernier point je te conseille d’aller voir le 2e accord toltèque : quoi qu’il arrive autour de vous, n’en faites pas une affaire personnelle 😉.

L’harmonie

« Il est préférable de ne pas trop investir son estime de soi dans un domaine limité de la vie personnelle, car si la personne se trouve en échec dans ce domaine, elle est alors très vulnérabilisée.  »

harmonie des domaines qui comptent à nos yeux

Parmi ces domaines nous avons : la réussite personnelle et/ou professionnelle, l’apparence physique, la popularité, le succès, le statut etc…

Comme on dit « il ne faut pas mettre tous ses œufs dans le même panier » !

L’autonomie

« Il est préférable que son estime de soi ne dépende pas principalement de facteurs externes, tels que le succès financier ou statutaire, l’apparence physique. »

estime de soi et valeurs internes à soi

« Car investir son estime de soi dans des objectifs internes (valeurs, vertus…) semble lui conférer plus de résistance et de solidité.« 

Il s’agit donc ici notamment de résister à toutes les pressions sociales qui imposent d’avoir la plus belle voiture, le plus beau conjoint, les enfants les plus intelligents et doués, la plus grande maison etc….

Tu es seul détenteur de ta valeur. Personne ne peut te l’enlever ni la diminuer. Quoi qu’on te dise. Quoi qu’on te fasse.

Le coût

« L’estime de soi, pour rester à niveau, nécessite des stratégies de maintien, de développement, de protection. Ces stratégies nécessitent plus (stratégies dysfonctionnelles : déni de la réalité, fuites et évitements, agressivité envers autrui…) ou moins d’énergie selon les personnes. »

estime de soi pas trop coûteuse en énergie pshychologique

Ainsi, une personne dont l’estime de soi est « économe » en énergie psychologique aura un niveau de stress plutôt bas la plupart du temps.
Les événements (mineurs) de sa vie auront un impact modéré sur ses émotions.
Cette personne ne montrera (ni ne ressentira) pas beaucoup de crispation en cas de critiques.
Elle saura d’ailleurs les utiliser pour progresser, au lieu de les éviter ou de chercher à les contrer.
Elle ne cherchera pas non plus à se justifier, se chercher des excuses en cas de remise en questions.

Le pied quoi 😉😅.

La place centrale et importante des questions liées à l’estime de soi dans la vie de la personne

Toutes ces pistes sont à suivre et à travailler si besoin, sans pour autant en oublier de vivre ! Ce n’est pas en faisant une fixette sur ton estime de toi-même que tu vas l’aider à remonter et à se stabiliser.

« Il est important que l’estime de soi ne soit pas surinvestie : importance de notre image, de l’opinion que les autres ont de nous, de notre amour-propre. La défense et la promotion de notre image ne doivent pas occuper trop de place dans notre esprit et nos efforts. Juste une place légitime, sans excès. Dans notre « équilibre de vie » il ne doit pas y avoir que notre estime de soi. »

estime de soi non surinvestie

Un estime de soi non surinvestie doit ainsi permettre de digérer les échecs et les blessures d’amour-propre sans drame: le monde (même le notre) ne cesse pas d’exister en cas d’échec ou de remarque déplacée. Elle permet également de « ne pas surveiller en permanence tous les petits indices qui témoignent de notre statut« . Être apprécié nous suffit, nous n’avons pas besoin d’être célébré. Nous sommes même capables d’ « agir gratuitement en terme de prestige social« .

Les comportements qu’une « bonne » estime de soi permet d’éviter

Pour certains de ces comportements, je t’invite à cliquer sur le lien correspondant si tu veux savoir comment travailler à « résoudre le problème ».

❌Mal vivre les échecs et les laisser nous paralyser face aux actions futures (parfois même vouloir n’agir qu’à coup sûr)
❌ Susceptibilité : prendre personnellement ce qui nous est dit, comme si on avait un « mécanisme de défense déréglé » qui sur-réagissait à la moindre menace supposée (souvent imaginée)
❌ Manque d’affirmation de soi (tendance à être agressif ou inhibé, par exemple du mal à dire non – car trop sensible au risque du rejet social)
❌ Peur du conflit et du rejet
❌ Peur du regard et du jugement des autres
Perfectionnisme
❌ Anxiété chronique
❌ Incessant besoin de reconnaissance
❌ Sentiment de honte excessive
Culpabilité névrotique
❌ Jugement de soi et des autres (ça va souvent de paire 😉)
❌ Dénigrement de soi (du mal à s’accepter), autodestruction, dépression
❌ Remise en question excessive ou impossible
❌ Négativité générale / difficulté à voir le positif : nous voyons le monde comme nous nous voyons et si nous n’avons pas une bonne image de nous-même…..
Complexes sur une partie de son physique ou un trait de sa personnalité
❌ Suppositions négatives sur soi-même / croyances limitantes
❌ Difficulté à bien vivre son hypersensibilité.
❌ Réactions exagérées : difficulté à gérer ses émotions
❌ Ruminations (écriture et méditation peuvent aider !)
❌ Indécision chronique
Faire des suppositions sur les intentions des autres (pas suffisamment affirmé(e) pour poser des questions et permettre aux autres de s’expliquer)
❌ Comparaisons aux autres pour se rassurer ou se dévaloriser (plutôt que de s’en inspirer pour apprendre et évoluer)
❌ Difficulté à prendre ses responsabilités : « c’est la faute du système, des autres, des circonstances, etc… »

La mise en pratique pour changer !

Je trouve les deux listings précédents plutôt intéressants. Ils permettent en effet:

  1. de faire le point sur ton estime de toi-même et de bien cibler de ce qu’il te faudrait travailler
  2. d’avoir une idée de ce vers quoi il faut essayer de tendre (plutôt regarder le premier listing pour cela 😅) si tu n’es « pas tout à fait au point » 😉

Alors à tes carnets, et on fait le point par écrit 😉.

💡 Noter chaque soir trois actions de ta journée dont tu peux être fier(e) (et 3 choses positives!) est un excellent moyen de gagner en confiance et en positivité.
Plus d’info sur cette petite astuce très efficace dans l’article L’écriture pour combattre les ruminations et développer confiance et positivité.

Deux petits points à garder à l’esprit avant de « commencer »:

  1. comprendre ne suffit pas : c’est le point de départ, ensuite il te faut pratiquer car l’action est indispensable au changement !
  2. les personnes à bonne estime d’elles-mêmes ressentent aussi des émotions désagréables (tristesse, peur, regret face à un échec, etc….), elles s’en remettent juste plus rapidement (pas de loooongues ruminations)…

Pour ce qui est de l’action, les succès aident à améliorer la hauteur (niveau) de notre estime de nous-même tandis que les échecs sont utiles pour travailler à la rendre plus stable. À condition bien-sûr de faire l’effort de « recul » nécessaire sur nos échecs (lire l’article 7 clés pour vaincre la peur de l’échec).

Enfin puisqu’une bonne estime de soi aide à la gestion du stress, elle participe donc à une meilleure santé, non seulement psychique mais aussi physique.

➡️ Maintenant que tu en sais plus sur l’estime de soi, ses caractéristiques et ses problématiques, je t’invite à lire l’article suivant : Que faire concrètement pour améliorer durablement son estime de soi ?. Il te donnera des pistes sur comment t’y prendre, concrètement, pour améliorer durablement ton estime de toi-même.

Je te conseille aussi vivement de jeter un œil à la formation ci-dessous.

La formation en ligne que je te conseille : Osez la confiance en vous !

La formation est animée par David Laroche. Voici d’abord une petite vidéo de lui sur la confiance en soi pour te donner un aperçu de son dynamisme 😉.

La formation Osez la confiance en vous ! est très instructive !
David Laroche, fidèle à lui-même, nous propose 3h26 de dynamisme, motivation et conseils inspirants 😍. Des clés pour réflechir et agir différemment pour une vie plus épanouie 😎.

Pour améliorer la confiance en soi il nous détaille sa méthode « APM » en 7 étapes qui sont détaillées dans les chapitres 1 à 8 de la formation.
Le chapitre 9 est axé confiance en soi au travail.

En cliquant sur le lien de la formation, tu auras accès à plus de détails sur la formation + un extrait vidéo pour te donner un aperçu 👍!

Bon visionnage 🎞️ et bonne pratique 🙏!


Si cet article t’a plu, partage-le sur Pinterest ! Merci 😘

Il te suffit de passer ta souris au dessus de l’image et de cliquer sur le logo Pinterest 👍.

« Sharing is caring » 😉

Tu n’as pas pinterest ? Partage-le quand même où tu veux, tu as l’embarras du choix parmi les logos verts 😅.

  • 47
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.