La peur du regard des autres peut être un réel frein pour les personnes à basse estime d’elles-mêmes. Que ce soit face à l’envie d’oser, face aux critiques ou simplement pour assumer leur personnalité.
Pourquoi t’en libérer? Pour ne plus être blessé(e) par les paroles des autres et les ruminer de longues heures. Pour oser dire ce que tu penses, t’affirmer, faire ce que tu souhaites, être la personne que tu souhaites. Parce que tu le souhaites et non pour faire plaisir aux autres, leur plaire et être bien vu à leurs yeux. Nous le verrons plus loin mais la procédure implique aussi d’arrêter de se juger et d’être plus tolérant avec les autres et soi-même. Tout bénef 😎 !

Se définir soi-même

Enfant, Des Bulles De Savon, Amusement, Enfants - recherche approbation regard des autres

Dans l’enfance, en cherchant l’approbation de nos parents puis de nos professeurs, nous plaçons notre valeur dans leur regard, et leur satisfaction. Car nous voulons être aimé, accepté et reconnu. Nous sommes donc souvent poussés à agir en fonction des autres.

Par la suite (si cela n’a pas été fait auparavant), il s’agit de remettre notre valeur à sa juste place : en nous et non dans l’opinion des autres. Être conscient de sa propre valeur (et du fait que chacun de nous en a autant que les autres) est en effet un premier pas vers un lâcher prise sur ce fameux regard des autres. Il faut donc apprendre à s’aimer et se respecter, de façon inconditionnelle, autrement dit travailler son estime de soi.

Alzheimer, Démence, Personne, L'Homme, Mots, Ses Mots - regard des autres

Il vaut mieux se définir soi-même que laisser les autres le faire à sa place.

Si tu ne sais pas qui tu es, tu seras sensible au moindre signe venant de l’extérieur :
✅ une approbation te rassurera sur ta valeur
❌ tandis qu’une désapprobation t’ébranlera et te remplira de doutes quand à ta légitimité.

Au contraire lorsque tu es conscient de ta valeur, lorsque tu sais qui tu es, alors tu n’as plus peur de ce que les autres peuvent dire ou penser de toi. Peu importe leur opinion, il ne concerne qu’eux, pas toi.

Face au jugement négatif

D’ailleurs un jugement négatif de la part de quelqu’un en dit souvent plus sur les besoins insatisfaits de cette personne que sur les actes de la personne qui « reçoit » le jugement. De plus lorsque l’autre nous juge, il cherche souvent à se rassurer sur sa propre valeur.

Un compliment reste alors agréable et une critique peut s’avérer désagréable. Mais l’un comme l’autre ne nous affectent pas outre mesure (pas de loooongues ruminations). Lorsque la critique ne vient pas heurter notre valeur profonde, il est plus facile de la regarder avec objectivité. Pour pouvoir éventuellement l’utiliser, si (et seulement si!) elle est constructive.

Parce que si la critique n’est pas constructive, tu peux demander des précisions pour la rendre constructive (pas forcément facile mais beaucoup plus utile que de « rentrer dans le lard » 😅).
Exemple : à un « c’est nul » (ou n’importe quel équivalent), tu peux répondre : « peux-tu préciser pour quelles raisons tu n’apprécies pas ? » (à adapter selon le contexte).
Selon la situation tu peux aussi « laisser tomber » face à une critique non constructive. Chose beaucoup plus facile à faire lorsque tu acceptes / es convaincu intérieurement que la critique concerne moins toi que la personne qui l’émet.

Jugement des actes et non de la personne

Un point important à retenir : lorsque jugement il y a, il concerne certaines actions menées par une personne et non sa valeur profonde en tant qu’individu.
Exemple : lorsque nous nous trompons, le jugement sur nos erreurs ne concerne que ces erreurs et non notre personne toute entière.

Fait à garder à l’esprit, notamment, pour lutter contre la susceptibilité.

Accepter les émotions désagréables

Le jugement négatif entraîne souvent chez nous des émotions désagréables telles que la culpabilité ou la honte, la peur du ridicule, la culpabilité de ne pas avoir été « à la hauteur », la peur de décevoir, la peur de ne pas être aimé tel que l’on est, la colère ou frustration face à ce qui nous semble être une « injustice », etc…

La Foudre, Tonnerre, Cas D'Orage, Tempête, Énergie - émotion désagréable - peur du regard des autres

Or les émotions sont comme les vagues de la mer, elles viennent et repartent. Elles sont passagères à condition de les accepter et de ne pas s’y accrocher. Ainsi les émotions désagréables finissent par s’en aller d’elles-mêmes lorsque nous les acceptons et acceptons de les ressentir pleinement. Elles finissent alors par s’apaiser naturellement….
En gros il faut les vivre à fond, c’est « juste » un mauvais moment à passer. Mais au moins « ça passe plus vite » 😉.

Arrêter de juger

À travers le regard des autres, c’est généralement de leur jugement que nous avons peur. Nous partons du principe que les autres sont comme nous et jugent. Si nous arrêtons de porter des jugements sur le monde qui nous entoure alors nous construirons la nouvelle croyance que les gens ne jugent pas forcément. Il nous semblera donc beaucoup moins « évident » (naturel) que notre entourage (ou les autres de manière générale) puisse spontanément juger nos moindres faits et gestes.

Empêcher Les Enfants De Suicide ne pas juger

Essayons donc, plutôt que de juger, d’être indulgent, tolérant et de comprendre les causes d’un comportement ou d’une attitude (ex: besoins insatisfaits?). Non seulement cela nous aidera à nous libérer de la peur d’être jugé, mais aussi cela nous permettra d’économiser notre énergie en l’utilisant de manière plus utile : on ne connaît jamais vraiment une personne avant d’avoir essayé de comprendre d’où elle vient et les raisons de son comportement et de ses actions.

De plus toute cette bienveillance pratiquée sur les autres viendra également naturellement envers nous-même. Ne serait-il pas bon pour notre estime de nous-même d’arrêter de nous juger ? De faire taire (ou du moins calmer) ce critique intérieur si exigeant et même intransigeant ?

Exercice : à chaque fois que tu te prends en flagrant délit de juger quelqu’un, essaye de te mettre à la place de cette personne, et de te demander « pourquoi » elle agit comme elle agit (ex: a-t-elle des besoins insatisfaits ?).

Enfin, pour s’entraîner au non-jugement, rien de tel que la méditation de pleine conscience. Elle entraîne d’ailleurs aussi à l’acceptation, de soi et du monde qui nous entoure. Personnellement ça m’aide de me dire que de toute façon je n’ai pas le contrôle sur ce que disent ou font les gens. Donc autant l’accepter 😉.

Livre conseillé : Imparfaits, libres et heureux – Pratiques de l’estime de soi

imparfaits, libres et heureux christophe andré

Puisque le noyau du « problème du regard des autres » est l’estime de soi, je ne saurais que trop te conseiller de te procurer ce livre et de le lire en long en large et en travers !

En effet le livre Imparfaits, libres et heureux de C. André est un peu long mais il en vaut vraiment la peine. La théorie parle personnellement à tous ceux qui ont l’estime de soi boiteuse et le livre regorge d’exemples concrets et marquants. Pour moi c’est un incontournable du développement personnel.

💡 Il existe aussi en livre audio et en livre numérique.


Si cet article t’a plu, partage-le sur Pinterest ! Merci 😘

Il te suffit de passer ta souris au dessus de l’image et de cliquer sur le logo Pinterest 👍.

« Sharing is caring » 😉

Tu n’as pas pinterest ? Partage-le quand même où tu veux, tu as l’embarras du choix parmi les logos verts 😅.

  • 25
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.