Dans un premier article je donnais quelques pistes pour mieux comprendre et détecter la dépression. Heureusement, il existe des traitements efficaces pour la soigner. Et notamment plusieurs moyens qui peuvent être combinés entre eux au besoin.

La psychothérapie

Elle consiste à discuter avec un médecin (psychiatre) ou un psychologue pour comprendre ce qu’il se passe (où on est) et ce qu’on peut faire pour aller mieux (où aller). Autrement dit être orienté pour savoir quelle direction suivre.

Pour cela on bénéficie d’une écoute non jugeante qui permet d’être soutenu afin de remettre de l’ordre dans ses pensées.

Au passage il n’y a pas forcément besoin d’attendre d’être en dépression pour faire appel à la psychotérapie. Un peu d’aide fait souvent grand bien !
Que ce soit pour des difficultés ponctuelles : 1 séance chez un psychologue peut suffire dans certains cas. Ou bien pour des difficultés latentes qui traînent sur le long terme. Comme par exemple des difficultés liées à une estime de soi trop faible et/ou instable.

Des formations / accompagnements (comme celui que je propose pour les personnes très sensibles) peuvent alors aussi aider à « sortir la tête de l’eau » et se créer un terrain psychologique plus résistant face à l’apparition potentielle d’une dépression.

Parfois on a aussi besoin d’une béquille pour avancer. C’est ce que permettent les médicaments.

Les médicaments

Ce traitement pour soigner la dépression s’utilise toujours en complément d’une psychothérapie. On ne mise jamais toute la guérison dessus !
La béquille ne donnant pas la direction où aller, on n’a besoin de quelqu’un pour nous guider 😉.
Il en existe plusieurs types. Pour résumer on peut retenir deux catégories principales : les anxiolytiques et les anti-dépresseurs.

Les anxiolytiques, ou médicaments utilisés contre l’anxiété, calment les pensées pendants quelques heures. Un peu comme le paracétamol calme les douleurs. Ce qui permet de relâcher temporairement la pression pour ne pas exploser. C’est un traitement qui doit être assez court pour ne pas s’y habituer.

Les antidépresseurs

Les antidépresseurs servent plutôt à remettre le cerveau en route et retrouver un peu d’énergie. Les effets arrivent petit à petit et on ressent une amélioration au bout de 2-3 semaines. Si on a besoin des antidépresseurs, alors c’est un traitement que l’on garde plusieurs mois pour remonter la pente.

☝️ Lorsqu’on est sorti de la dépression, on le garde encore un peu pour éviter de rechuter. Surtout il ne faut pas non plus l’arrêter brutalement du jour au lendemain, encore une fois pour éviter la rechute.

Contrairement à certaines idées reçues, les antidépresseurs ne rendent pas les gens comme des « légumes ». En effet « d’après un rapport de l’ANSM [Agence nationale de sécurité du médicament et des produits de santé], après huit semaines d’un traitement par antidépresseur bien conduit, un tiers des patients déprimés traités ont une réponse complète au traitement avec rémission des symptômes, un tiers des patients ont une réponse partielle ou insuffisante au traitement et un tiers des patients ne répondent pas au traitement. On observe d’autre part que l’efficacité des antidépresseurs est très faiblement supérieure à celle d’un placebo. » (source)

Il semble donc que « ça ne marche pas » chez tout le monde. Mais aussi que l’effet se rapproche de celui d’un placebo. [Si tu n’es pas très au clair sur ce qu’est un placebo je te renvoie sur cette page.]
Ce qui ne veut bien sûr pas dire que « ça ne fait rien » 😉! D’ailleurs, comme tous les médicaments, il peut y avoir des effets secondaires. Donc également comme tout médicament il faut étudier au cas par cas le ratio bénéfice/risque.

☝️ Pour info le magnésium, les vitamines, l’omega 3 n’ont pas d’effet pouvé sur la dépression !

L’activité physique

Comme nous l’avons vu dans le premier article, la dépression ne permet pas spécialement une forme olympique. L’idée est donc d’adapter l’activité à ses capacités et ses envies (c’est d’ailleurs valable tout le temps, pas uniquement lorsqu’on est en dépression). Le choix est vaste entre marche, course, nage, vélo. Lorsqu’on a du mal à se motiver, ça aide de le faire à plusieurs lorsque c’est possible (encore une fois pas uniquement dans le cadre de la dépression).

D’ailleurs le sport est également un excellent « traitement » contre le stress (voir l’article : 9 moyens de réguler son stress).

Tout ceci suffit pour la plupart des dépressions. Néanmoins lorsque cette dernière est récalcitrante, il existe d’autres traitements plus poussés comme les traitements électromagnétiques qui peuvent donner des résultats spectaculaires dans les dépressions sévères et résistantes. D’autres traitements sont aussi à l’étude comme la stimulation magnétique transcranienne, la stimulation cérébrale profonde, la stimulation transcranienne par courant continu etc…

(source)

Si cet article sur les traitements de la dépression t’a plu, partage-le sur Pinterest ! Merci 😘

Il te suffit de passer ta souris au dessus de l’image et de cliquer sur le logo Pinterest 👍.

« Sharing is caring » 😉

Tu n’as pas pinterest ? Partage-le quand même où tu veux, tu as l’embarras du choix parmi les logos verts 😅. Merci 🙏!

  • 24
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.