Quand on a tendance à se prendre la tête tout le temps et pour tout, à ressasser beaucoup et longtemps, on peut penser que lâcher prise est un art presque inaccessible. Pourtant avec de la pratique et de la méthode, c’est possible. Et même pas si compliqué. Ça demande juste des efforts réguliers et un peu de patience. Comme beaucoup de notions du développement personnel, il s’agit de s’investir dans le processus d’évolution.

Un travail de fond

Le lâcher-prise s’inscrit dans un travail complet de redécouverte et de compréhension de soi et par suite des autres. Pour parvenir à lâcher-prise, il faut être bien dans ses baskets. Ceux qui ont une bonne estime d’eux-même, sans toutefois être des robots ou des vulcains (personnages de Star Trek qui n’éprouvent pas de sentiment), se prennent moins la tête sur des détails qui s’avèrent ne pas toujours avoir l’importance qu’on leur accorde sur le moment.

Si tu penses trop et tout le temps. Que les remarques des autres t’atteignent plus qu’elles le devraient. Que tu es de manière générale bien trop impacté(e) par les événements extérieurs. Sur lesquels tu as ensuite du mal à relativiser. Alors il est peut-être temps d’attaquer un travail de fond pour développer ton estime de toi-même. Pour cela tu peux :

💥 Réapprendre à te connaître, pour t’accepter et changer la vision que tu as de toi. Être au clair sur tes valeurs pour aligner tes actes avec celles-ci.
💥 Assumer la personne que tu es, prendre tes responsabilités. T’accepter et par suite t’aimer inconditionnellement. Te donner des droits comme celui d’échouer ou d’être imparfait(e). (Ces deux derniers points sont assez libérateurs !)
💥 Mais aussi changer la façon dont tu perçois le monde en transformant tes croyances limitantes (sur toi-même et la vie) en croyances ressources. Nos croyances peuvent vraiment nous pourrir la vie. À nous d’en déjouer les pièges !
💥 Être à l’écoute de tes propres besoins et de ceux des autres. Pour mieux comprendre tes émotions. Moins les subir, et changer la façon dont tu les perçois. Mieux comprendre aussi les autres, et leurs émotions.
💥 Mieux comprendre les fonctionnements humains pour apprendre à comprendre au lieu de juger… D’ailleurs pour moins juger un premier pas consiste à cesser d’attendre des autres qu’ils agissent comme nous.
Etc….

La liste est longue, mais tellement gratifiante ! Et bien sûr tout ça ne se fait pas en un jour. Mais déjà, voici quelques astuces que tu peux commencer à pratiquer au quotidien et qui devraient t’aider à lâcher prise.

Reprendre les rênes de son esprit

Tout est une question de perception. C’est pourquoi le développement personnel est avant tout un effort de changement de perspectives et d’état d’esprit.

Personnellement j’aime bien me rappeler régulièrement que *c’est notre perception de la réalité qui conditionne nos pensées, puis nos émotions, l’installation de nos croyances, et enfin notre comportement. Mais aussi que chacun a sa carte du monde, sa propre réalité basée sur ses propres croyances et expériences.

Donc finalement ce ne sont pas nos soucis qui nous font souffrir, mais l’histoire que nous nous racontons autour de ces soucis. C’est pourquoi nous allons maintenant voir quelques astuces pour modifier notre interprétation donc notre perception de ce qui nous arrive.

« Mon cher esprit, je t’aurai à l’usure ! « 

Pourquoi je me le répète (*) ? D’ailleurs pourquoi les affirmations positives sont-elles tellement à la mode ?
Parce que rien ne résiste à la répétition ! D’où l’importance du contenu des pensées qu’on se répète à longueur de journée. Surveiller son discours intérieur demande un petit effort, mais ça vaut le coup.

Si tu te répètes chaque jour que tu n’as pas de chance, que tu as peur, que tu es incompétent(e), que ton quotidien est « pourri », alors ça va devenir ta réalité. Tu vas finir par devenir incompétent, parce que tu y crois et que du coup tu mets (plus ou moins inconsciemment) en place des actions qui vont en ce sens. Si tu es persuadé de ne pas avoir de chance, alors tu ne verras que les moments où tu penses ne pas en avoir.

Or les pensées désagréables amènent à des émotions désagréable. Et les émotions désagréables telles que la peur, l’angoisse, la tristesse, la colère, la honte, les remords etc… ont tendance à réduire le champ attentionnel. Il sera donc bien plus difficile de lâcher prise sur les tracas du quotidien puisque tu ne verras qu’eux ! Tu auras en effet plus de mal à avoir une vision d’ensemble (voir aussi ce qu’il y a autour de tes soucis) et donc à relativiser.

L’importance du positif pour l’équilibre…

Sans toutefois virer à l’ « injonction intransigeante du positif » (les extrêmes ce n’est jamais bon), le positif nous permet aussi, indirectement, de lâcher prise. De base, nous avons plutôt tendance à nous accrocher à ce qui ne marche pas, ou du moins pas comme on aimerait. On fait plus attention à ce qui nous déplaît, à ce que l’on n’a pas / nous manque. S’entraîner à être reconnaissant pour ce que l’on a et qui fonctionne bien dans notre vie est essentiel.
Par exemple la douche chaude n’est pas un privilège universel. Certains ne l’ont pas. Probablement que toi oui. Et si ta chaudière est en panne au moment de lire cet article alors tu as sûrement de la famille et/ou des amis, des objets qui comptent pour toi, des vacances, etc…

 Le bonheur, c’est de continuer à désirer ce que l’on possède.

Saint-Augustin

Comme toujours c’est une question d’équilibre. En y réfléchissant si tu te rends compte que ta balance penche plutôt vers le négatif, alors il s’agit de la ramener à l’équilibre en y rajoutant du positif.

🌞 Pour cela tu peux chaque jour faire l’effort de voir tout ce qu’il y a de positif dans ton quotidien.
Exemples : le fait de croiser le chemin d’un écureuil ou d’un joli petit oiseau, ton transport qui est à l’heure, le sourire d’un(e) inconnu(e), la météo qui te convient, la saveur d’un repas, la complicité avec un ami, un moment agréable avec des proches (sur skype ça marche aussi 😉), etc….
Pour plus d’impact sur ton bien-être, tu peux aussi le noter (voir l’article sur l’ecriture thérapeutique).

🌞 Même des choses qui au premier abord ne semblent pas positives mais qui finalement s’avèrent l’être.
Exemples :

  • Tu as râté ton bus mais du coup tu as discuté avec une personne très sympathique. Et tu as appris des choses à son contact.
  • Ta machine à laver est tombée en panne, du coup tu n’as pas pu faire ta lessive. Ce qui t’a poussé(e) à mettre des affaires que tu ne mettais plus. Finalement tu apprécies à nouveau ces affaires et tu te remets à les porter. C’est comme si tu en avais de nouvelles sans avoir dépensé un centime.
  • Suite à un problème sur ton ordinateur, tu as regardé un tutoriel sur youtube pour te dépanner. Tu as réussi à résoudre ton problème et tu en es très fier(e) !
  • Untel m’a fait une remarque qui me déplaît vraiment, que je trouve injuste ou autre. Si cette remarque me touche c’est parce qu’elle vient résonner en moi avec un besoin non satisfait, une blessure non cicactrisée, une croyance limitante, un complexe, etc… Finalement une estime de moi-même boîteuse qui me rendrait susceptible ? En tout cas c’est l’occasion de travailler sur moi pour apprendre à me détacher de ces remarques-là.

Cet exercice de transformation des pensées négatives (donc des émotions désagréables) en pensées positives (donc en émotions agréables) m’a vraiment aidée à relativiser, prendre du recul, lâcher prise, mettre de la distance avec les événements.

…et de l’équilibre pour lâcher prise

Pourquoi donc vouloir équilibrer cette fameuse balance ? Déjà pour se créer un environnement encourageant, motivant, agréable, propice au bien-être et dans lequel on prend plaisir à vivre. Mais aussi car nous n’arrivons pas à lâcher prise tant que nous considérons qu’il y a plus d’inconvénients à une situation que d’avantages. Voilà pourquoi ça fait plusieurs paragraphes que je t’encourage à voir les avantages de ton existence 😉. Et plus tu ressens de la gratitude pour tous ces avantages, plus tu pourras ouvrir ton coeur à toi-même et aux autres. Par suite ça t’aidera à t’apaiser pour vivre plus sereinement.

L’apport de la méditation de pleine conscience

Bon et puis on ne le dira jamais assez mais la méditation de pleine conscience (déjà ne serait-ce que la pleine conscience) est un excellent moyen d’apprendre à se détacher de ses pensées. Elle invite à se rappeler que nous ne « sommes » pas non pensées. Que nous pouvons à tout moment détacher notre attention de nos pensées. Pour ramener notre attention sur notre souffle (ou autre chose). S’entraîner à cela peut être salvateur !

Imagine : tu te sens mal, tu es en train de te prendre la tête sur un soucis et d’un coup tu te dis « non mais attends, c’est quoi cette histoire que je me raconte ? » / « dans quel délire mes pensées sont-elles en train de m’amener ? ». Tu reviens à toi, un peu comme si tu sortais d’un mauvais rêve. Rien que le fait de te détacher momentanément de tes pensées en allège considérablement l’impact émotionnel. Un vrai soulagement donc.

Bon et puis la méditation de pleine conscience encourage non seulement à l’accaptation et au non-jugement, mais aussi à la non-attente !

Grâce à tout ça, c’est aussi un excellent moyen d’apprendre à lâcher prise !

Ne pas avoir d’attendre vis à vis de l’extérieur – à savoir les comportements des autres, les circonstances extérieures, la météo etc (autrement dit toutes ces choses sur lesquelles nous n’avons pas prise) – nous évite bien des souffrances (frustration, colère, anxiété etc).
Après bien sûr on peut aussi travailler la non-attente vi-à-vis de l’extérieur indépendamment de la pleine conscience ! Mais quelque soit la façon de la travailler, ça aide au lâcher prise 😉.

Petite précision au passage : ne pas avoir d’attentes n’empêche pas de poser l’intention d’évoluer soi-même ou de faire évoluer quelque chose. C’est simplement se dire « ce qui arrivera m’aidera à grandir« . Peu importe ce qui arrive et même si ça n’arrive pas quand je le veux ni comme je le veux.


👇 Essaie d’appliquer ces astuces avec tes soucis du quotidien et dis-nous en commentaire ce que ça donne !

Quelques ouvrages pour aller plus loin

Clique sur les images pour plus d’info.

J’aime bien cette collection. Une carte par jour. Ludique et fun ! On y va doucement mais sûrement.
Le perfectionnisme, ou maladie de l’estime de soi comme dirait C. André, empêche bien souvent de lâcher prise.
La pratique, il n’y a que ça de vrai pour se transformer !

Si cet article sur les techniques pour lâcher prise t’a plu, partage-le sur Pinterest ! Merci 😘

Il te suffit de passer ta souris au dessus de l’image et de cliquer sur le logo Pinterest 👍.

« Sharing is caring » 😉

Tu n’as pas pinterest ? Partage-le quand même où tu veux, tu as l’embarras du choix parmi les logos verts 😅. Merci 🙏!

  • 28
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.