Qui est Christophe André ?

Médecin psychiatre à l’hôpital Sainte-Anne à Paris, il est également l’auteur de beaucoup de livres très inspirants (dont je parle de quelques-uns dans ce blog). Il anime également des groupes de méditation pour aider les patients à se libérer de la souffrance et à savourer leur existence. Plusieurs de ses conférences sont disponibles sur YouTube comme « Les nouvelles clés du bonheur » dont je vais te parler ici.

Cette conférence est une des premières que j’ai vues sur le thème du développement personnel il y a quelques années. Elle est en deux parties sur YouTube.
Voici le lien vers la partie 1, puis vers la partie 2.

Je l’avais alors trouvée très intéressante et j’aimerais partager mes notes avec toi. Comme elle est relativement longue (un petite heure chaque partie) cet article permet d’avoir un aperçu avant de se lancer dans le visionnage 😉.
Alors bien sûr il n’a volontairement pas vocation à être exhaustif, plutôt à donner envie d’aller voir la « version originale » qui vaut le détour 👍!
Pour ceux qui, comme moi, ont plus une mémoire visuelle, peut-être que ces notes vous aideront aussi à mieux retenir….pour appliquer 😉.

Première partie

Le but des psychiatres est de prévenir les rechutes des personnes sujettes à la dépression, l’anxiété, les crises de colères et autres troubles émotionnels divers et variés. Un objectif va alors être de les rendre plus résistants face à ces états d’âme douloureux grâce à la psychologie positive : essayer de développer « ce qui va bien » chez elles.
En effet lors de troubles anxieux et dépressifs, la personne n’est pas à l’instant présent. Elle est trop préoccupée par les ruminations du passé ou la planification du futur.

Temps, Horloge, Tête, Face, Vue, Outlook, Montres

Il nous arrive d’ailleurs à tous de nous rendre compte que nous étions heureux une fois que le bonheur est parti….

Ce fameux bonheur part parce qu’il est intermittent, ce n’est pas un état continu. Il est aussi à construire à chaque instant : pour être heureux il faut se sentir bien, et avoir conscience de ce bien-être ! Cette conscience réflexive transforme donc le bien-être en bonheur. Pour être heureux, il faut donc que notre conscience soit tournée vers le ressenti de bien-être de l’instant présent et non tournée vers le passé ou le futur.

Les bénéfices du bonheur

Aujourd’hui, le bonheur n’est plus seulement un sujet philosophique et littéraire. Les scientifiques l’étudient également.

statistiques sur les clés du bonheur

Dans cette conférence, C. André explique d’ailleurs beaucoup d’expériences (études psychologiques) qui sont très intéressantes. Les résultats, présentés ici, sont à prendre « pour ce qu’ils sont », à savoir des statistiques !

Ces études de psychologie ont notamment mis en évidence quelques bénéfices du bonheur :

  • ✅ il permet de « voir plus large » et de « laisser couler« : les émotions positives incitent à une vision de l’ensemble tandis que les émotions négatives (ou plutôt désagréables) tendent à focaliser l’attention sur les détails (voir l’article : Comment gérer ses émotions ?)
  • ✅ il augmente l’efficacité et la créativité, mais aussi la concentration sur les problèmes abstraits
  • ✅ il ouvre aux autres : nous sommes plus avenants si nous sommes de bonne humeur / d’une humeur positive
  • ✅ il a des effets sur la santé :
    • le bonheur est un facteur facilitant de bonne santé
    • il a également un rôle protecteur : c’est un facilitateur de récupération cardiaque après un événement stressant
      donc généralement quand on est stressé, il vaut mieux aller vers ce qui nous fait du bien plutôt que de vouloir rester accrocher au problème
  • ✅ enfin il permet de résister à l’adversité, de rendre la vie plus supportable

Finalement le bonheur n’est pas un luxe mais une nécessité.

Relation entre bonheur et argent

Dans les pays occidentaux, 80% des gens s’estiment satisfaits de leur vie. Néanmoins aucun lien n’est observé entre l’augmentation du niveau de vie et le fait de se sentir bien. Comme si, depuis les années 50, on avait atteint un seuil (voir graphe ci-dessous) où l’accroissement de notre richesse n’augmentait plus vraiment notre bonheur.

Graphe « maison » à partir de celui présenté lors de la conférence 😉 .

L’argent ne permet pas le bonheur mais de s’intéresser à autre chose qu’à sa survie !

Exemple: Nous avons absolument besoin de notre voiture pour aller travailler. Un jour le moteur tombe en panne. C’est un drame absolu si nous gagnons le Smic. C’est juste agaçant si nous gagnons 20 000 euros par mois.

Relation entre bonheur et lien social

Nous sommes une espèce sociale jusque dans notre biologie. L’homme est condamné à être sociable car il est « minable » (dans le sens très faible et fragile), sauf lorsqu’il se réunit avec d’autres. Malheureusement notre époque tend à nous « nombriliser » avec entre autres des tensions comparatives (voir 2e partie) et compétitives (volonté de dominer).
Nous avons des devoirs et des droits vis à vis des autres. Nous sommes passés d’un extrême à l’autre (du premier au second, je vous l’ai mis dans l’ordre je suis sympa 😅), à mesure que la société devenait de plus en plus narcissique.

Exemple d’une question posée par la mère à son fils:

En 1970
« Tu as été gentil avec la maîtresse ? »

En 2007
« La maîtresse a été gentille avec toi ? »

Pourtant la dominance et la violence n’augmentent pas le bonheur moyen (éventuellement la satisfaction immédiate).
Par contre la générosité et la gratitude (voir ce qui, dans son succès, dépend des autres) ont cet avantage.
La capacité à se réjouir du bonheur du conjoint est notamment un prédicteur de solidité du couple.

Relation entre bonheur et âge des enfants

Il y a aussi des études sur le bonheur des couples avec la présence ou non d’enfants et l’âge des enfants. Les enfants s’avèrent être de grands déstabilisateurs du bonheur du couple de parents.

graphe relation bonheur et âge des enfants
J’ai repris le graphe présenté lors de la conférence, et rajouté mes petites notes 😉.

Plusieurs « voies possibles » lorsque les enfants quittent la maison. Le syndrome du « nid vide » n’étant pas toujours vrai.

Relation entre bonheur et âge de la vie

À quel moment de notre vie sommes-nous les plus heureux ? On dit souvent que 20 ans est le plus bel âge mais ce n’est pas forcément vrai en terme de bonheur. La courbe de bonheur déclinant régulièrement jusqu’à 45 – 50 ans où nous avons un maximum de pression sociale.

Après 70 ans, ce sont les problèmes de santé qui commencent à compliquer un peu 🤷.

Attention cependant:

  • ce sont des statistiques, comme toutes les études 😉
  • il y a un siècle, la même étude ne donnait pas les mêmes résultats : aujourd’hui nous arrivons généralement à la retraite en bon état et avec des revenus corrects (en moyenne 😉).

En bonus une petite vidéo de C. André (non extraite de la conférence).

Relation entre bonheur et estime de soi

Le fait d’avoir un bon rapport à soi-même, le fait d’avoir une image correcte de soi, se respecter, apprécier ses points forts, se traiter correctement est associé au sentiment de bonheur.
Pour en savoir plus sur l’estime de soi, c’est par ici.

Deuxième partie

Il y a sans doute des prédispositions génétiques au bonheur : on nous facilite ou on nous complique la vie. Nous avons ensuite notre marge de manœuvre qui peut permettre de compenser certaines prédispositions. Le événements de notre enfance, voire des ambiances instaurées par les parents, influencent également notre capacité à aller vers le bonheur. Tout comme les événements (et ressources) de notre vie en général.

Matérialisme « psychotoxique »

Notre mode de vie provoque des dégâts, notamment le matérialisme. L’argent, le pouvoir et le prestige ont plus d’importance pour les gens matérialistes que le bonheur.
Pourtant le matérialisme n’augmente pas forcément le bien-être et même, d’après des études, il le diminue.

Pourquoi ce matérialisme ?

  • La confusion des valeurs. Les publicités associent le bonheur au fait d’accéder à un produit. Elles déclinent également (dans les catalogues notamment) nos besoins fondamentaux à travers les objets qui seraient nécessaires pour les combler.
  • Le phénomène naturel (normal !) d’habituation hédonique. Il entre aussi en compte : lorsque la source de plaisir est toujours présente, elle perd de sa puissance puisqu’on s’y habitue. Sauf si on fait des efforts (que bien sur les publicités ne nous encouragent pas à faire 😉).
graphe : évolution du bonheur dans le temps après une acquisition matérielle

Quelques exemples assez parlants et faciles à appliquer 😏.
Douche chaude : nous nous rendons compte du plaisir procuré par la douche chaude une fois qu’il nous est retiré (problème avec le chauffe-eau). Intensité de la joie très faible lorsque la douche fonctionne contre intensité de la colère très importante face à la douche à l’eau froide.
Démocratie : combien de fois nous disons-nous « j’ai tellement de chance de vivre dans une démocratie » ? Probablement pas beaucoup…

L’idée n’est donc pas d’oublier ce qui va mal mais de se donner de la force en essayant de ne pas oublier ce qui va bien !

💡 Exercice : liste les sources de bonheur auxquelles tu es habitué(e) !

  • La saturation. Il est positif d’avoir de bonnes choses (objets, activités, sollicitations sonores et autres, etc…), mais pas trop ! Aujourd’hui la richesse réside dans le temps libre : calme, lenteur et continuité (ne pas être interrompu(e) sans arrêt). Ce qui existe dans le domaine de l’alimentation est valable dans le domaine psychologique. De plus notre cerveau se fatigue lorsqu’il est face à des choix « en excès » (par exemple trop de choix dans les magasins pour un produit donné).
  • Les comparaisons. Pas uniquement sociales.
tableau des 3 types de comparaisons qui entravent le bonheur - les clés du bonheur
Tableau des 3 types de comparaisons qui font obstacle au bonheur.

Notre société est de plus en plus marquée par la peur de l’infériorité.

schéma des tensions sociales comparatives

On ne se juge jamais dans l’absolu mais par comparaison. Exemple : si tu compares la taille du cercle central sur les deux figures, que constates-tu ?

Ces comparaisons, physique notamment, ne se font plus uniquement avec notre entourage direct. La compétition est plus rude puisqu’elles se font aussi avec les grandes stars de la télévision, du cinéma ou de la publicité, souvent choisies pour leur physique, maquillées, ayant eu de la chirurgie esthétique etc… Tout ceci facilite l’augmentation des complexes physiques.

Le manque de conscience

Il y a souvent un conflit entre les choses urgentes et importantes de nos vies.

URGENT

  • faire les courses de nourriture
  • faire notre boulot à temps
  • réparer le robinet qui fuit

Si nous ne le faisons pas, la « punition » / problème arrive de suite.

IMPORTANT
ça peut attendre….

  • avoir du temps pour marcher dans la nature
  • ne rien faire
  • voir ses vieux amis

Si nous ne le faisons pas, il n’y a aucune « punition ». Aucun problème. Du moins sur le court terme…

Ainsi notre vie se remplit de choses urgentes et s’appauvrit de choses importantes. Peu à peu nous allons mal à cause de carence en calme, lenteur et continuité….

Comment se rapprocher du bonheur ?

En synthétisant les études scientifiques sur le sujet, on tombe sur ce type de résultat.

Bcp = beaucoup, encore une fois, ce sont mes petites notes 😉

Ainsi la moitié de nos aptitudes à être heureux ne dépend plus de nous (génétique, influence du passé…). Par contre 40% de notre aptitude à être heureux est sous notre contrôle 😎! Pas mal non ?

Cela dépend de nos efforts. Un conseil dans ce domaine : ne pas viser le perfectionnisme du bonheur. Notamment, il vaut mieux avoir eu dans sa vie tout plein de petits bonheurs que quelques fois de grosses doses. Même une petite satisfaction est un bonheur. Par exemple voir un oiseau ou une jolie fleur alors que nous avons plein de soucis. En effet réussir à ressentir du bonheur dans les périodes difficiles est un facteur de bonne santé.
« Le plus grand gisement de bonheur dans nos vie, c’est ici et maintenant. » D’où l’intérêt de travailler la méditation de pleine conscience.

Autre point positif: le bonheur est une « maladie contagieuse » 😍. (Par contre du coup le malheur / déprime aussi 😕)

J’aimerais finir cet article avec cette citation que je trouve très inspirante :

Si je ne me permets d’être heureux que quand j’ai réglé tous les problèmes qu’il y a dans ma vie, alors je ne serai jamais heureux.


Si cet article t’a plu, partage-le sur Pinterest !

Il te suffit de passer ta souris au dessus de l’image et de cliquer sur le logo Pinterest 👍.

  • 5
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.